Jules et le Vilain Orchestra, le clip de T’es chiante

Jules et le Vilain Orchestra, le clip de T’es chiante // Extrait du EP Nos Vedettes

jules-et-le-vilain-orchestra-le-clip-de-tes-chiante-extrait-du-ep-nos-vedettes

Jules et le Vilain Orchestra

Nouvel EP Nos Vedettes

Disponible chez Abacaba

Après L’Homme le plus fort du monde et Le Sale Gosse, Jules, accompagné du Vilain Orchestra, présente son nouvel Ep Nos Vedettes. Spontané, drôle et classieux, une écriture sans fioriture et ce qu’il faut d’humour et d’autodérision, Jules est l’un des personnage les plus étonnants de la variété française. La chanson d’un sale gosse gouailleur et bourré de talent, comme on les aime. On rit, on chante, on danse, on essuie une larme et on regarde le clip de T’es Chiante en boucle.

Après avoir travaillé avec les Ogres de Barback, puis épisodiquement avec Bénabar, Catherine Ringer, Kent ou Jacques Higelin, il a créé Jules. Avec le Vilain Orchestra, il a déjà donné et rempli des centaines de concerts dans toute la France et rencontré un fort succès avec son répertoire bourré de dérision et de mélodies imparables qui font de lui l’une des meilleures plumes à inscrire dans la grande tradition de la variété française.

Ce nouvel EP de Jules s’appelle Nos Vedettes et l’on y croise toutes les héroïnes de sa vie dans des titres aussi évocateurs que T’es chiante, Elle court, Ma Vieille, Reste pas toute seule, Ma p’tite fille de gauche… Nos Vedettes livre même des chansons engagées comme Tu Me Fais Peur dans laquelle Jules évoque l’extrême droite. Voilà le personnage impayable et imparable. Ses chansons sont des hymnes à la vie, à l’humour, à la dérision d’un quotidien. Le premier extrait à découvrir du nouveau disque de Jules et le Vilain Orchestra se nomme T’es Chiante.

QUI EST JULES ?

Interview de François Alquier

Cela faisait très longtemps que je n’avais eu un coup de cœur immédiat pour un artiste. Une écoute de son nouvel EP, Nos vedettes, dans son intégralité et hop ! J’ai adhéré à tout. La voix, les textes, ses mélodies d’une redoutable efficacité. Le style corrosif de Jules prouve que l’on peut rire de tout si l’on sait y mettre les formes. Véritables hymnes à la vie, à l’humour ou à la dérision, ses performances  » live  » offrent un grand moment de joie et de rythme saupoudré d’un peu de cynisme. Difficile de ne pas vouloir faire la connaissance de Jules. Le docteur House de la chanson française est arrivé dans ce café  d’Enghien et il m’a plu humainement tout aussi rapidement que son œuvre. Attention, ça déménage !

Après avoir travaillé avec les Ogres de Barback, puis épisodiquement avec Bénabar, Catherine Ringer, Kent ou Jacques Higelin, il créé Jules.

Quand tu as enfin créé tes chansons pour Jules, tu as créé le personnage qui allait avec ?

Oui, mais il est venu sans réfléchir. Je suis un « one man song », alors que je ne suis pas une grande gueule et que je suis même très discret dans la vie. Sur scène, c’est un peu « docteur Jekyll et mister Hyde ». J’ai un principe. Je veux absolument dédramatiser  la fonction d’artiste. Je n’ai jamais le trac et j’ai envie que les gens se sentent vraiment proches très vite. Quand je suis Jules, je me sens un peu invincible, alors que dans la vie,  je suis beaucoup plus mesuré.

Dans les 7 nouveaux titres de ton dernier EP, il y a toujours de l’humour et une certaine causticité.

Quand tu dis des choses graves, des choses lourdes de sens, avec le sourire, ça passe toujours mieux. Je me méfie beaucoup du pathos, c’est pour ça que je n’enfonce jamais le clou. Avec ses nouvelles chansons, ce qui est sûr, c’est que je suis plus dans la tendresse.

Tes 7 chansons s’adressent à 7 femmes différentes. Elles sont souvent chiantes, comme dans la chanson « T’es chiante », par exemple.

C’est une coïncidence si je ne parle que de nanas, de leur côté tendre jusqu’au côté les plus obscurs. Dans « T’es chiante », je parle de ma sœur. Mais, en vrai, je n’ai pas de sœur, c’est un rôle de composition complet.

Pour toi, c’est important le rôle de l’interprète ?

Oui, quand je joue mes chansons, je laisse la possibilité à l’interprète que je suis de recréer la chanson. C’est un vrai travail de création. J’aime raconter des histoires…Quand j’étais petit, je me souviens avoir beaucoup lu les « Alfred Hitchcock présente ». Tout se dénouait à la derrière ligne. Nous étions embarqués dans quelque chose d’assez plaisant, et à la fin, tout le décor et les couleurs changeaient… l’histoire n’avait plus le même sens. J’adore utiliser cette « recette ».

Je trouve que tu es le juste compromis entre la scène française « undergroud » et la bonne variété.

En Angleterre, c’est beaucoup plus simple. Tout le monde fait de la pop. Pour moi, la pop, c’est de la variété. Les Beatles, c’est de la variété. Je revendique bec et ongles ce terme me concernant. Je veux que l’on dise que je fais de la variété, parce que c’est vraiment ce que je fais. C’est ce que j’aime, ce que j’écoute beaucoup, bref c’est ma culture. Il n’y a pas plus noble comme terme que « variété ». Le mot, lui-même est splendide.

Dans « Tu me fais peur », tu évoques Marine Le Pen. En gros, tu dis que, maintenant qu’elle est devenue « fréquentable », la donne a changé.

Elle a réussi son plan de route. Elle est désormais banalisée. Maintenant qu’elle ne fait plus peur, elle me fait peur. Je ne fais jamais de chansons réellement contestataires, mais quand je fais des chansons politiques ou religieuses, je pose un ou des constats. Mais ce n’est pas mon rôle de dire pour qui voter, ce qu’il faut manger ou je ne sais quoi d’autres.

Parle-nous du Vilain Orchestra.

J’ai une chance inouïe. Je ne suis pas un grand musicien, mais j’ai la chance de jouer avec des musiciens fabuleux. Ils sont aussi ingérables que talentueux. Ils ont une sorte de folie douce qui fait qu’il n’y a aucun concert pareil. À la base, ce ne sont pas des copains, ils ont été mes musiciens pour le disque, ils sont devenus des maillons essentiels à ma carrière actuelle. Ils m’amènent beaucoup artistiquement, mais attention, c’est moi le boss. La preuve, quel nom est écrit en plus gros sur la pochette ?

Je te laisse le mot de la fin.

La musique est hyper importante. Pour moi, c’est un des trucs les plus importants au monde. On se rencontre, on s’embrasse, on baise sur de la musique… il n’y a rien de grave dans la musique. Le verbe de notre métier c’est jouer, il ne faut jamais l’oublier. Jouer en s’amusant. C’est ce que je fais.

jules-et-le-vilain-orchestra

Vous aimez cet article ?

2 points
J'aime J'aime pas

Total votes: 2

J'aime : 2

pourcentage de J'aime : 100.000000%

J'aime pas : 0

pourcentage de J'aime pas : 0.000000%

Vous êtes inspiré(e) ? Publiez un article !


Article écrit par petitbuzz

Photo du profil de petitbuzz

Administrateur du site. Passionné de nouvelles technologies et webmaster au service du buzz et des bonnes actus au fil du web, j'aime vous faire partager mes découvertes et mes coups de cœur ! J'adore le high-tech, les objets connectés, l'innovation, les jeux vidéo, la musique, la littérature, l'humour, le marketing .. et surtout le buzz ! ;)

9_CDISCOUNT GENERIQUE_visuel018_1024x768.gif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *